top of page
Rechercher

DIDIER 15 MARS

Bonjour à tous j’ai un peu hésité à prendre la plume pour donner mon point de vue …mais comme ça reste entre nous !

En résumé et d’un point de vue philo, socio et même chez les assureurs, le risque n’existe pas en tant que tel. Je m’explique : le sinistre lui est bien réel, on le mesure mais après l’accident. Le risque est seulement une construction mentale, qu’elle soit simple ou parfois sophistiquée, bref une hypothèse qu’il faudra soumettre à la réalité pour la valider.Ce qui explique que l’on peut débattre sans fin de la notion de risque et analyser finement toutes ses dimensions , on ne peut jamais évacuer le sinistre. On peut, face à cette incertitude constitutionnelle de notre activité, prendre des marges plus ou moins larges entre ce que l’on sait faire et ce qu’il faudrait faire ou ne pas faire. On diminue statistiquement la probabilité d’apparition d’un événement fâcheux mais on ne l’élimine jamais.La seule façon, toujours de mon point de vue d’ex expert des « pratiques de pleine nature » , de réduire l’apparition du sinistre ou d’en diminuer les conséquences c’est de s’y confronter véritablement et individuellement. Il ne s’agit pas bien sûr d’avoir des comportements suicidaires mais comme dans l’expérimentation des Simulations d’Incident en Vol, de repérer réellement dans le maximum de situations variées, les limites de vol de notre engin, et celles de notre capacité à s’adapter à des situations par définition inhabituelles.Ce qui est véritablement dangereux en parapente comme ailleurs c’est la surprise.Il faut donc pour progresser s’engager dans une démarche de dépassement de ce que l’on sait faire en réduisant autant que faire se peut l’apparition du sinistre A nous de réfléchir sur ce que l’on peut proposer, selon le niveau et les envies de chacun, pour devant l’apparente impossibilité de programmer des SIV à la Réunion, donner l’occasion réelle d’expérimenter sans danger bien sûr, le maximum de situations totalement inhabituelles.Je conclurai sur une image caricaturale mais éclairante « on n’apprend pas à nager à sec (c’est à dire hors de l’eau) » même si certains ont souvent (eu) tendance à le proposer .Didier

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Benjamin 12 avril

Bonsoir à tous, Je vais m’initier dans la discussion.Le parapente est en effet une activité facile physiquement, cependant elle demande de nombreuses facultés qui sortent de l’aspect physique et techn

Fredo 11 avril 2021

Sécurité en parapente : premières réflexions ?????? 1°/ Définition simple de l’activité : Ce qu’il est important de comprendre (et que le débutant comprenne), c’est que l’activité parapente est (tro

10 mars 2021 patrick

Salut Frédéric,Je compléterai légèrement ton propos, en effet, les conditions de vol ont une grande importance sur le niveau de risque ( pris et ressenti) mais elles sont loin d’être seulesActuellemen

Comments


bottom of page