A propos jaco

secrétaire du club

histoire du parapente à la réunion

Le parapente à la réunion de 1984 à nos jours

Jc Bétemps et GBosson ont inventé  le parachute de pente,  dérivé du parachutisme et du vol libre à Mieussy en Haute Savoie le 27 juin 1978.

Arrivés en 1984 à la réunion à la demande de parachutistes de Pierrefond , ils vont initier les réunionnais à cette nouvelle pratique.

Ils vont effectuer leur premiers vols sur le site de piton rond à la plaine des palmistes mais jusqu’en 1988 , l’activité est dite réservée aux  fêlés  même si le parapente fait parler de lui en empruntant les site de deltaplane.

Un peu d’histoire : Piton rond est un des premiers sites de la Réunion

« C’est à la demande de Michel Jean Albert, responsable du para-club de Bourbon que je suis venu dans l’île en Novembre 1984. Accueilli par Jonnhy JOURDAIN et d’autres personnes, je me suis fait emmener à la montagne le jour même de mon arrivée. J’avais à cette époque pour faire mes essais une Magic 5 caissons. Vu la zone d’atterrissage dans le Colorado, je n’ai rien tenté ; mission impossible. Le lendemain, nous nous sommes rendus Plaine des Palmistes sur le Piton Rond. Décollage ponton, lequel était masqué par une végétation rébarbative et un brouillard à tenir le mat d’une manche à air debout. Retour le lendemain avec Michel Jean Albert. Vue dégagée, mais aucun aperçu vers le bas. Excursion dans les Kékés, ascension dans les arbres et la joie de découvrir des champs pour me recevoir. Décoller avec une cinq caisson sur un ponton avec une haie d’honneur, de quoi hésiter. Mais le capricieux Éole devait être de bonne humeur ce matin là. Avec de plus en plus d’insistance et de force, il m’invitait à tenter ce pourquoi j’étais venu. Maintenu par Michel durant la phase de gonflage, stabilisation de la voile, et… champagne! Arraché tel un bouchon ivre, je pris de l’altitude ce qui me permis de réussir ce qui était techniquement, vu les ailes de cette époque, impensable, irréalisable.Vol et poser parfaits ; Il était désormais possible de voler à la Réunion

Durant 15 jours, la plupart des parachutistes s’initièrent sur l’inoubliable Piton Rond. Le premier grand vol fut réalisé un soir au retour de la Plaine, sur le site de Grand-Bassin. Ce soir-là les ascendances étaient au rendez-vous, remontant du fond de ce magnifique petit ilet enchâssé au fond de la ravine. Je m’étais juré de faire ce vol avant mon retour. Cinq ont pris leur envol les talons sur la terre ferme avec pour piste de décollage le vide. Descente en même temps que la nuit et atterrissage dans le vert de la cressonnière. Même dans l’obscurité la joie se voyait sur les visages. La remontée, inconnue de nos jambes métropolitaines, dans un gris rébarbatif nous a parut très longue. L’île de la Réunion en cette fin d’année 1984 venait de nous offrir ses pentes et son ciel. Chaque année je suis revenu pour promouvoir ce sport aidé par beaucoup de personnes généreuses et passionnées. Nombre de sites ont été ouverts, expérimentés par les pionniers du lieu qui, à défaut d’expérience, avaient une foi à faire décoller les montagnes.

Vous qui êtes venus ensuite, vous qui venez maintenant et éprouvez de la joie à évoluer dans les airs de la Réunion, respectez une minute de vol silencieux en pensant à ceux qui vous ont ouvert les « sentiers du ciel » sur l’île de la Réunion.

Gérard BOSSON

Les dates importantes

1978 : invention du parachute de pente

1982 : changement d’appellation vol de pente

1984 : arrivée à la Réunion de Bétemps et Bosson

1985 : arrivée de la première aile de parapente : la randonneuse

1987 : création du club des cimes sous l’égide de la fédération de parachutisme

1990 : création des deux premières écoles de vol libre (parapente réunion et azurtek)

Création de la ligue de vol libre (formation de cadres et premières compétitions nationales et internationales

2000 : création du comité organisation de compétitions vol libre (crocvl ) pour organiser le premier championnat de France à la réunion et les compétitions internationales.

 

EN 2017 qu’est devenu le parapente à la réunion  ?

*Une renommée mondiale favorable au tourisme sportif grâce à une météo très favorable toute l’année et à de très beaux sites en bord de mer ou en montagne

*Des écoles de formation

*Des sites variés pour tout niveau de pilotes

*Une organisation d’une compétition nationale ou internationale chaque année. Un accro masters en 2017

*une compétition régionale active avec des pilotes réunionnais sur le circuit mondial

*des clubs actifs (formation de jeunes par exemple)

*Plus de 600 licenciés par an

*une formation de pilotes efficace

cr stage jérome 10 dec 2017

Dimanche 10 Décembre, journée thermique cross avec 6 pilotes du club Parapangue. Au programme , la découverte du site des Makes 1400 pour 3 d’entre eux. Cette fois ci on attendra au déco jusqu’à 9h, un exploit pour ce site souvent envahi par les nuages trés tôt. Mohib de Mada ( qui doit faire au moins 3 vols par jour lors de ses séjours à la Run) se prépare tel l’éclair et donc décolle en prem’s. Tout de suite thermque et il arrive à sortir du cirques des makes pour aller poser vers l’usine du Goal. Les 5 autres , se suivront telle une belle brochette pour se poser en dehors du terrain officiel, histoire de tenter leur chance pour crosser. Récup, débriefing au Makes de ce vol surprenant 😉 .Nous irons ensuite à Piton à Boue en début d’aprem, hé oui la masse d’air est plus séche que prévu et les plafonds à 1300m !! Vu la météo annoncée(humide) je pensais faire la sieste avec Marie dés le début d’aprem, raté on volera jusqu’en fin d’aprem. 14h, Piton à boue dans le champ du haut car les vaches étaient de sortie sur le déco habituel. 15 de face, le paradis. Mat décolle en prem’s et ouvre la route vers le décollage du 800, suivront ensuite les 5 autres pilotes le couteau entre les dents. Hé la chapeau, Mat va jusqu’à l’église des colimaçons et posera à l’usine du Gol avec David, Sylvie et Isa. Mohib posera dans la pampa avant les Avirons, et Thomas , découvrant le spot restera en local pour poser à la pointe au sel. Encore une belle journée de vol, de progression, de découverte, de cross. Dans le rôle des pilotes Sylvie qui a survolé sa maison aux avirons, Isabelle qui a ouvert la voie vers l’usine du goal, David qui a mis beaucoup de lui pour rester en l’air et crosser, Thomas qui s’est bien débrouillé dans une ambiance plutôt de performance, Mohib le plus impatient pour décoller (voir le résultat en photo!) et tenace en l’air, mat qui devait à tout prix passer les 15kil, quitte à marcher sur les arbres. merci Marie pour avoir chauffer pendant ce stage cross aprés une courte nuit. A la prochaine. Je vous ai bien sollicités, je n’ai rien laissé passer, pour un beau résultat et du plaisir.Ne lacher rien.Jérôme

formation bpc

Salut
Il est question de mettre en place une préparation à l’examen théorique du BPC.
Pour être viable, l’action devrait concerner au moins 5 personnes , sous réserve que ces personnes viennent bien aux rendez vous.
L’action consisterait en des regroupements ( 5 ou 6) pendant 1h30 des soirs de semaine à  st leu (en général le jeudi soir entre 18 et 20h),
où on pourrait travailler les questions ouvertes.
Pour le QCM, chacun peut le travailler chez lui  devant l’ordi, quitte à éclaircir les incompréhensions  lors de ces regroupements.
Voilà, dites moi si intéressé(e).
a+
Pascal
 

définition du parapente par fredo

Voler en parapente, c’est quoi ?

Dans les années 80, le but du jeu était, avec nos engins faits de « chiffons et de ficelles », de se jeter (sauter disait-on) d’une certaine hauteur, en courant le plus souvent comme un forcené, pour pouvoir monter et gonfler la voile ; voile qui finissait par vous faire décoller du sol et ainsi descendre, avec une finesse comprise entre 3 à 5, vers le point bas. Chez nous, dans les Pyrénées, il s’agissait surtout de gravir des sommets et, si les conditions s’y prêtaient, sortir son parapente pour redescendre dans la vallée, en évitant ainsi toute la marche de retour, souvent la moins gratifiante. Puis, les choses ont évolué : le parapente est devenu « paravole », dans le sens où, progressivement, il a permis de prendre des ascendances et donc de pouvoir rester en l’air plus longtemps et de se balader d’un point à un autre, d’une vallée à l’autre. Un super-engin, toujours fait de chiffons et de ficelles, mais avec des qualités de portance, de pénétration dans l’espace et de maniabilité aux commandes incroyablement bien étudiées et donc mieux fabriqué. Bon, c’est vrai que les prix ont changé également, mais ça, c’est une autre histoire. Alors, aujourd’hui, voler c’est quoi ? Quand on regarde l’évolution des autres activités sportives, surtout de pleine nature (faire de la randonnée à pieds, en vélo, en VTT, courir en montagne, escalader, « canyonner », nager ou « kayaker » en eau vive, …), on constate qu’elles attirent un public particulier qui a envie d’être plongé dans les éléments naturels que sont la terre, l’eau, l’air. Une fois immergé dans un de ces milieux, l’individu vit alors des sensations diverses et variées qui lui sont propres. Dès que le jeune enfant se met debout pour essayer de marcher, il construit, à sa manière, des « préférences motrices » qui feront de lui une femme/un homme qui agira sur et dans le monde d’une façon toute personnelle. Il saisira mieux en supination ou en pronation, il croisera les bras plutôt bras droit ou bras gauche par-dessus, il aura un œil dominant plutôt à gauche qu’à droite, il marchera ou courra en engageant les épaules ou le bassin, … tout cela n’ayant rien à voir avec le fait qu’il sera dans la vie de tous les jours droitier ou gaucher. Ces préférences se construisent bien sûr en relation directe avec des préférences dites « cognitives » qui, elles, sont du domaine des mécanismes de la pensée humaine, système complexe du traitement, entre autres, de l’information. Ainsi, lorsqu’une personne « rentre » dans l’activité « parapente », elle y entre avec ses préférences, avec son potentiel, ses envies, sa motivation, … Progresser permet alors de prendre de plus en plus de plaisir selon ce qui est recherché. Etre capable de prendre des thermiques, de rester un certain temps en l’air, de taquiner les nuages, de se balader comme un oiseau au dessus des champs de canne, des ravines, du lagon, de sentir la douce brise sur son visage, aucun bruit, de descendre puis de remonter, … que du plaisir. A partir de là, avec l’aide parfois d’un spécialiste de l’activité, chacun peut se donner ses propres limites car, et l’oubli est quelques fois présent, cet engin fait de chiffons et de ficelles est censé évoluer dans un milieu analysable, mais non maîtrisable à 100%. D’où des parapentes aux performances diverses, adaptés normalement aux possibilités et aux goûts des uns et des autres. En fonction de l’expérience et des apprentissages qui se sont construits au fil des années, de l’idée que l’on se fait de la pratique elle-même, de l’âge de la ou du parapentiste, chacune / chacun « dérouillera ses ailes » et trouvera son plaisir là où il le désirera: sortir ou non du bocal, rester une, deux, trois heures en l’air, boire une bière avec des potes en parlant de son vol loupé ou réussi, programmer son vol de demain ou d’après-demain, envisager une sortie, un stage ou un simple week-end repos/repas en famille … Que du bonheur dans la pratique de ce sport aérien, avec un engin fait de chiffons et de ficelles. Elle est pas belle, la vie !!!

Parapanguestement / Frédo

cr stage gerome 27 nov

24177080_1490159187699188_6470627097815623295_n

Ce lundi 27 Décembre c’était journée thermique /cross que j’encadrais pour le club Parapangue
Le temps suberbe avec peu de vent, régimes de brises et des plafonds à 1400m en fin d’aprés midi. Les chanceux (qui l’ont cherché) étaient Muriel (en reprise aprés 10mois d’arrêt), Adrien (notre boss météo), Jeff ( qui fait couiner sa boléro), Jc (qui se pose des questions), Damien (dans sa bulle), Eric (passionné persévérant)…..Chacun a dépassé son temps de vol et les distances personnelles ont été explosées. le groupe est resté entre les 2 antennes avec les objectifs de cross (observer, se placer, rester haut, changer de rythme, ne pas perdre de temps, être patient, …). Aprés 1 1er vol nous remontons au 800 pour le vol d’aprés midi , personne au décollage comme tous les aprés midi, un superbe régime de SUD OUEST qui permet à chacun de bosser le décollage dans 15/20 de vent puis d’aller jouer vers l’antenne du Sud. Adrien en profite pour reposer au décollage. JC par 2 fois pose aprés 1H30 de vol dans les hauts, je pense qu’il voulait acheter du terrain là bas. Cela a quand même permis à Bernard qui faisait la chauffe de s’aérer sur les routes des hauts 😉 Ce que je retiens de cette journée, c’est que chacun a énormément progressé, a dépassé certaines appréhensions, a pu atteindre ses objectifs , donc je suis trés fier de vous, d’autant plus que vous avez su voler ensemble . Bravo vous êtes sur la bonne voie: se faire plaisir, apprendre et progresser. Jérôme Canaud

surveillance des sites

Parapentistes Bonjour,
En allant voler, vous pouvez participer à la “veille”
et à la surveillance des sites de vol libre de La Réunion.
Faites SVP une petite photo  et envoyez la nous par mail ci dessous,
cela permet de juger si on doit aller couper et défricher les végétaux.
Si Vous apercevez sur un déco, un atterro, quelque chose d’anormal,
herbes hautes, dépôt d’immondices, campeurs installés, etc…, véhicules à moteur (photo plaques)
Alors signalez le à cette adresse mail en joignant une petite photo si possible:
Vous participerez ainsi à pérenniser  et entretenir nos sites.
Merci et bons vols,
Pascal Delattre
Commission Sites LVLR

sortie 26 nov

La navette était pleine  ce matin pour cette sortie Parapangue, 9 pilotes prêts à en découdre avec l’aérologie du jour…
JB  notre chauffeur bénévole nous emmenait d’abord sur Bellemène 1200, où les premiers thermiques pointaient déjà leur nez,
Delphine et JP Manas  étaient les meilleurs enrouleurs, avant que le vent météo de Nord ne rentre sur l’atterro.
Ce vent de nord  nous permettait d’admirer les magnifiques oreilles de Lucien et de JP Manas au dessus des plaines de st Paul !
Après un regroupement général autour d’un petit dej amélioré à la boulangerie, JB nous emmenait sur St Leu
où après un accord général de JP Manas,
il était décidé d’aller tester le déco du 700 dont certains ignoraient même l’existence!
Et là, Hervé nous gratifiait d’un aller retour sur l’antenne du Plate, qui laissait  tout le monde bien rêveur ….
Après un 2eme regroupement général autour d’une boisson fraîche à Kélonia,
JB nous emmenait à la Banane, pour un menu reconstituant, et quelques boissons fraîches ….
Une bien belle journée de parapente ….
A la prochaine…pascal

infos AG

salut tout lemonde

vous êtes invités à l’assemblée générale  du club le samedi 16 décembre

FERME KELONIA ESPACE JIMMY

-15h30 sun set

-18 h  AG :

rapport moral de notre présidente

rapport des commissions

élection des membres du cd

élection d’un nouveau président :notre présidente qui a bien travaillé (merci pour toutes ses actions ) depuis quelques années mais qui fait beaucoup de voyages désire  laisser sa place

 

-soirée festive BBQ  ET MUSIQUE  , le club paye le charbon et les boissons

amenez : -ce que vous voulez faire cuire!!!!!

                -des petites tables et vos chaises si vous en avez

                -votre bonne humeur et de nouvelles idées

venez nombreux à cet évènement important de l’année

en attendant bons vols

infos formations

Cher(e)s volatiles,

Encore des infos et des demandes :

– on a besoin de chauffeurs bénévoles, en particulier ce lundi 27 pour le stage avec Jérôme. C’est généreux et très instructif de faire la chauffe d’un stage et côté conduite la navette de Jérôme est moins grande que celle de Parapangue !

– Les propositions de décembre sont sorties (vendredi 1er et dimanche 10 Jérôme Canaud,  lundi 4 et dimanche 17 Benjamin Mailhé). Faites votre choix de date et de contenu en répondant à ce mail. Les inscrits aux journées qui ont été annulées sont prioritaires bien sûr !

– et demain, on cause météo à St Gilles

N’oubliez pas le site parapangue.re pour suivre l’actu du club.

Merci pour vos réponses !
Bons vols.
Patricia